Incrédulité

« Tu me demandes d’où vient à ces hommes, baptisés comme nous, cette rage de la négation, ce besoin de dégrader l’homme au point d’en faire un tas de boue ? Le surnaturel les importune. A tout prix ils veulent s’en débarrasser. Et ils nient à outrance, ne reculant devant aucun sophisme. (…)

Pourquoi cette haine du surnaturel ? Pour vivre au gré des passions. Dans tous les temps, dans tous les lieux, dans tous les hommes, l’incrédulité et la corruption se donnent la main. (…)

J’ai cru longtemps, disait Rousseau, qu’on pouvait être vertueux sans religion : c’est une erreur dont je suis bien revenu.” Or n’être pas vertueux ou vivre au gré de ses passions, c’est la même chose.(…)

Croire que les ennemis du surnaturel se targuent d’incrédulité, uniquement pour le sot plaisir de se dire incrédules, serait puéril. Un intérêt de cœur se cache sous leurs paroles : on n’est libre penseur que pour être libre faiseur. (…)

Leur profession de foi philosophique est invariablement la même : l’incrédulité n’est qu’un masque : la réalité est que nous voulons pouvoir nous rouler tout à notre aise dans le sensualisme, et ronfler dans la boue.”

« La vie n’est pas la vie » (1869), Mgr Gaume.

nietzsche1

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :