Vision dans le noir

« La maison où j’ai grandi faisait face à des bois. J’allais souvent m’y promener au crépuscule, en apprenant à retrouver mon chemin dans l’obscurité croissante sans me cogner aux arbres. J’ai appris à voir dans le noir. Ce n’est pas que je peux voir quelque chose que les gens élevés en ville ne peuvent pas voir ; c’est seulement que les gens de la campagne apprennent à interpréter les petits indices qui vous signalent où va le sentier dans les bois. La foi est une vision dans le noir. Elle détecte les petits indices de la Providence de Dieu, les signes, les faibles lueurs d’espoir. Le premier nom donné au christianisme a été « la Voie » (Ac 9, 2) ; et la foi distingue les signes de la voie à suivre, même dans le noir. »

(…) Quand ceux de mon âge m’expliquer avec force détails ce que signifiait  » faire l’amour », j’étais intrigué d’une autre manière : pourquoi quelqu’un sur terre voudrait-il faire cela ? C’est seulement quand on grandit qu’on peut comprendre l’ensemble de ces geste comme un acte d’amour. Si nous sommes spirituellement prépubères, les mots vont nous sembler bizarres. Comment sur terre l’amour de Dieu pourrait être consommé dans la mort horrible d’un homme sur la croix ?

(…) L’amour exige toujours la mort de quelqu’un. Si nous nous donnons à une autre personne (mari, enfant), la personne que nous étions jusque là doit mourir. Je dois devenir une nouvelle personne : rompre avec mes vieilles habitudes, voir mon identité transformée, perdre la maîtrise que j’avais sur ma vie. »

« La Foi tient beaucoup au simple fait qu’on peut être témoins de vie dignes de confiance, qu’on peut voir en certains croyants un monde dans le quel on aimerait vivre »

(Thimoty Radcliffe, « Faites le Plongeon », p. 168)

Publicités