« Dracula untold »

« Parfois, le monde n’a pas besoin d’un nouveau héros. Parfois, ce qu’il lui faut, c’est un monstre ». »

Ahhh, Dracula, ce héros. Dracula, ce beau gosse classieux,  ce gentil père de famille, ce mari romantique, ce grand roi incompris qui sacrifie son âme au diable dans le noble but de sauver son fils et son peuple (peuple ingrat et borné qui essaye de le brûler sous prétexte qu’il serait un monstre buveur de sang surnommé « Vlad l’Empaleur ». Tsss, préjugés, vous me copierez dix fois la morale du film :

« Parfois, le monde n’a pas besoin de héros, mais d’un monstre « 

« Parfois, le monde n’a pas besoin de héros, mais d’un monstre « 

« Parfois, le monde n’a pas besoin de héros, mais d’un monstre « 

 

 

Publicités