Schema des films…

——- OPTION 1 : Le héros est un GENTIL ——-

vlcsnap-2015-04-25-00h06m17s125

1) Le jeune héros est un rebelle, désobéissant, ou qui provoque des catastrophes ; il est toujours plus intelligent, ou plus curieux, ou plus sensible que ses congénères, présentés comme bornés.

2) Il désobéit volontairement aux règles, met en danger la communauté par ses actes, en enfreignant une loi, ou en s’alliant  à des « ennemis » notoires ; il agit donc en cachette, ment, voire trahit…

3) La fin lui donne raison : il se retrouve récompensé de son comportement dangereux, admiré par tous (le tenant de l’autorité admet avoir eu tort), obtenant un progrès pour la communauté et la consécration pour lui-même.

Liste non exhaustive de films pour enfants répondant exactement à ce schema :

« Clochette et le secret des fées » : Clochette est curieuse et veut découvrir le pays de l’Hiver, mais il est interdit aux fées de l’été de franchir la limite, car c’est dangereux. Elle enfreint la loi, rencontre sa jumelle, se brise une aile, et ravage tout le pays des fées à cause d’un bouleversement climatique. MAIS finalement elle a eu raison : elle a trouvé son alter-ego, permis à des amoureux séparés de se réunir, la reine admet avoir eu tort, abolit cette loi idiote et les frontières, et les deux mondes se mélangent.

« Clochette et la fée pirate » : Zarina est une fée curieuse et  insolente. Alors que son chef lui a expressément dit qu’il était dangereux jouer avec la poussière de fée, elle tente des expériences scientifiques et provoque une catastrophe dans le village. Renvoyé de son job, elle disparait du village, puis revient voler tout la poussière de fée quitte a laisser son peuple crever. Elle s’allie à des pirates, qui finalement la trahissent. Délivrée par les fées, elle retourne avec elles au village. A son retour, elle n’est pas punie mais fêtée et admirée, car elle a un super look et est devenue « alchimiste » et sait fabriquer plus de poussière de fée qu’on ne le faisait avant (progrès scientifique).

« Clochette et la créature légendaire » : Noa est sensible et adore les animaux, elle amène donc des animaux dangereux et interdits et provoque une attaque de faucons sur le village. Puis elle découvre la Bête, et trahit aussitôt sa promesse de ne plus faire de choses dangereuses. Elle ment, méprise les livres anciens qui disent que la Bête est dangereuse. Au final, la Bête s’avère gentille, Noa avait raison. La gardienne des fées s’excuse et le peuple devient copain avec la Bête.

« Dragons » : le héros est le fils du chef d’un village de brutes épaisses et tueurs de dragons, son père a honte de lui car il est faible physiquement mais il est intelligent et c’est un super bricoleur. Après avoir blessé un dragon légendaire, il l’apprivoise en cachette . Il termine en héros, séduit une fille, son père reconnait avoir eu tort et dragons et humains finissent par vivre ensemble.

 

Résultat de recherche d'images pour "croods" « Croods » : A la préhistoire, Eep est la fille aînée d’une famille qui vit cloitrée dans une caverne, dont le père surprotecteur qui interdit l’exploration de « nouvelles choses ». Elle désobéit, part explorer le monde et rencontre un étranger « porteur de lumière » (le feu), qui lui prédit la fin du monde et propose de grimper sur la montagne. Délogée par un tremblement de terre, la famille est aidée par l’étranger qui amène des progrès techniques. Conflit entre le père (conservateur) et l’étranger (progrès). A la fin, le père reconnait avoir eu tort, s’ouvre au progrès, et tout le monde vit heureux avec les animaux dangereux dans un monde paradisiaque appelé « Demain ».

 

« Pourquoi je n’ai pas mangé mon père », idem : Édouard est le fils aîné du roi des simiens. Mais en raison de son aspect chétif, il est rejeté par sa tribu à sa naissance. Il grandit donc loin des siens. Il découvre le feu, les inventions, l’amour… Il reviendra mener son peuple arriéré vers la véritable humanité. (résumé wikipedia)

 

« Le secret de la Petite Sirène » : Le sévère roi Triton a interdit la musique dans son royaume après la mort de sa femme adorée. Dix ans après, Ariel conteste les règles, brave l’interdiction, , se sauve la nuit pour aller écouter de la musique dans un club clandestin, puis y emmène ses soeurs danser et draguer en boîte. Prise sur le fait et réprimandée, elle décide de fuguer avec ses copains musicos, car « sans musique, ce ne sera jamais vraiment chez elle« … A la fin, le roi la retrouve, admet son erreur et rétabli la musique, redevient cool et permissif, et tout le monde vit heureux.

« Rebelle » : la princesse se comporte en homme, refuse le mariage et conteste l’éducation stricte de sa mère ; elle va voir une sorcière afin de l’aider à jeter un sort à sa mère pour qu’elle soit plus cool, ce qui la transforme en ours et provoque le dawa général. Après avoir sauvé la situation, elle est gagnante : sa mère devient moins stricte et les règles du royaume sont remises en cause (elle échappe mariage). –ce film est toutefois plus nuancé que les précédents, avec une petite remise en question de l’héroïne

Approchant :

« Big hero 6 » : petit génie de la robotique, le héros participe à des combats de robots illégaux où il se met en danger pour gagner de l’argent facile. Initié par son grand frère, il intègre une élite de jeunes surdoués. Son frère meurt, lui laissant un gentil robot doudou, que le héros reprogramme en super robot de combat pour venger son frère. Il renonce au meurtre au dernier moment, mais la robotique a fait de l’équipe d’amis des super héros. (tout le film, sa mère est une gourde totalement à l’ouest et inexistante, et la figure paternelle du professeur se révèle être le traître à abattre).

 

——- OPTION 2 : Le héros est un MECHANT ——-

vlcsnap-2015-04-25-00h06m33s47

1) Soit c’est un faux méchant : il est rigolo, bourru, maladroit, ou juste « différent », mais pas vraiment méchant : ce sont les préjugés des autres correspondant une légende infondée (ogre, monstres…). Inversion classique : il craint même les humains qui sont les vrais méchants, car intolérants et monstrophobes.

2) C’est un vrai méchant : il est alors présenté à la base comme une victime, ou comme le résultat d’une hérédité familiale ; les  « gentils » sont alors carricaturaux, bornés, voire antipathiques. Le gentil le plus sympa finit toujours par sympathiser avec le méchant. Le héros est toujours confronté à un personnage « plus méchant que lui« , afin de le rendre sympathique. Le Méchant est même parfois légitimé, et présenté comme indispensable à l’équilibre des forces face au Gentil.

 Image associée

Afficher l'image d'origine

 

Publicités