« Judas ne fut pas le plus coupable des apôtres »…

J’ai entendu ce dimanche le prêtre nous demander de « prier pour tout le monde, y compris prier pour Judas, parce qu’on ignore s’il est en Enfer ou au Paradis ». Euh, Judas au Paradis ? J’ai un peu tiqué (surtout quand la chanson suivante entonne « Comme lui, nouer le tablier… »). Je me renseigne donc sur le sujet, et comme toujours , je tombe d’abord sur le pape François qui s’illustre :

« Judas ne fut pas le plus coupable» des 12 apôtres ». C’est ce que le pape François a affirmé lors de la messe qu’il présidait, mardi 28 octobre 2014, dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, au Vatican :

« Et ces apôtres sont tous pécheurs, tous. Judas n’était pas le plus pécheur : on ne sait lequel était le plus pécheur… Judas, c’est celui qui s’est fermé à l’amour et à cause de cela est devenu un traître. Mais tous se sont enfuis au moment difficile de la Passion et ont laissé Jésus seul ». (source : site catho moderniste Zenit.)

…What ? Entre céder à la panique devant la peur d’un supplice atroce, et livrer avec préméditation Jésus pour de l’argent, François nous affirme que le dernier n’est pas le plus pêcheur…. Il ne sait pas qui était le plus pêcheur du groupe MAIS il peut affirmer que ce n’était PAS Judas ??  (O__o)

Wiki :  « La damnation de Judas était considérée comme évidente jusqu’au début du XXe siècle. Tous les Pères de l’Église ont affirmé comme une vérité révélée la damnation de Judas. Ainsi, au cours des trois premiers siècles de l’Église, tous ceux qui défendaient le salut de Judas étaient déclarés hérétiques. De même, le catéchisme du concile de Trente, écrit au XVIe siècle, contient trois passages enseignant explicitement que Judas n’a pas profité de la Rédemption et qu’il a perdu son âme. Un livre récent, Judas est en Enfer10 montre que la damnation de Judas a toujours fait partie de la foi de l’Église au regard de l’Écriture sainte, de la tradition de l’Église, qui n’a jamais ni fêté la saint Judas, ni prié pour qu’il soit délivré du purgatoire, en sorte qu’elle montre ainsi qu’elle sait qu’il est en enfer. »

Mais ça, c’était avant…

« La majeure partie des théologiens considère aujourd’hui que ce n’est pas tant la trahison de Judas qui pose problème, car elle est pardonnable puisque pour tout péché, miséricorde, pour peu qu’il y ait au moins un début de regret. Mais le problème est surtout le suicide de Judas qui, dans ce cas précis, marque un refus de l’espérance, donc de la miséricorde et du pardon, ce qui est attesté par le fait que Jésus a, d’avance, formellement désigné Judas comme « démon » : N’est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous, les Douze ? Et pourtant l’un d’entre vous est un démon. » (Jean 6,70)

« (…) les Pères de l’Eglise sont unanimes même si cet avis n’en fait pas une certitude : Judas se serait damné. Et la damnation est éternelle. C’est sans doute pourquoi le Christ affirma au sujet de Judas : « Malheur à cet homme par qui le Fils de l’homme est livré ! Mieux eût valu pour lui qu’il ne fût pas né ». Qu’est-ce qui peut justifier dans le bouche de Celui qui donne la Vie une parole si terrible hormis la connaissance de la damnation ? » source

Lady Gaga – Judas

Publicités