Vivre avec une conure, ce purgatoire.

Parfois je me dis que la Conure est à l’Homme ce que l’Homme est à Dieu :

Une bestiole minuscule qui pèse 50 grammes toute mouillée mais qui se prend pour le maître du monde, qui n’en fait qu’à sa tête, s’acharne à faire ce qu’on lui défend, défie son maître, menace, attaque… alors que tu pourrais faire de la purée de conure d’un seul geste de la main, et que ce serait franchement mérité ;

Une bestiole ingrate qui mord jusqu’au sang la main qui la nourrit ;  qui cherche à dominer et à blesser, quand tu ne demandes qu’à lui faire de gentils calins ;

Une bestiole nuisible dont l’occupation préférée est de détruire tout ce qui passe à sa portée ;  qui souille et salit tout son environnement ;

Une bestiole territoriale, bruyante et agressive quand on est avec elle, mais qui se met à pleurer et à paniquer quand on la laisse toute seule.

conuredieuMisère, quand Dieu dit qu’il faut aimer son prochain comme soi-même, j’espère qu’il ne va pas jusqu’à inclure les conures.

 

Publicités