Equilibrium

J’ai revisionné récemment le film « Equilibrium » ; je l’avais vu il y a quelques années, sans y remarquer tout ce que j’y ai découvert aujourd’hui. Après quelques recherches, je crois pouvoir dire que ce film est surtout une une allégorie de la rébellion contre Dieu et de la destruction de l’Eglise, par un réalisateur versé dans l’occultisme.

(je sais, j’ai l’air d’exagérer ou d’enfoncer des portes ouvertes, mais je promets que ça vaut vraiment la peine d’être lu jusqu’au bout).

 

Prenons les éléments un par un, en commençant par les allusions plus évidentes :

1) L’ « Ecclésiaste Grammaton » ( = « Grammaton Cleric » ) : la traduction exacte de« Cleric » est « Ecclésiastique« , on parle donc bien de religieux. D’ailleurs le centre de formation des ecclésiastes s’appelle « le Monastère ». 

2) Les rebelles sympa vivent dans une zone appelée « les Enfers »

3 ) D’où vient ce nom barbare de « Tetragrammaton » désignant le pouvoir ? C’est le mot anglais pour « tétragramme », qui signifie : « mot de quatre lettres » : « YHWH » , le nom propre  de DIEU dans le judaïsme, est désigné comme « le Tétragramme » avec un T majuscule ». wikipedia

Le symbole « T » majuscule est présent un peu partout dans l’architecture du Ministère ; Ce symbole, aussi appelé « croix de Tau« , est un des emblèmes de la foi catholique.

711

4) Le chef suprême de ce gouvernement est subtilement appelé : « Le Père » . Et lorsque le héros commence à se rebeller contre les ordres, il s’entend répondre : « Ce qui importe, c’est que nous nous pliions à la volonté du Père. Appelons ça la foi des fidèles » .

Ci-dessous : le « Père » en costume noir dans sa fenêtre en Tau :

5b

5) Prenons le drapeau du régime (ci-dessous) : tu n’y vois qu’une parodie banale du drapeau nazi… Or il s’agit aussi d’une d’une croix potencée

File:Flag of Libria (Equilibrium).svg

« Une croix potencée est une croix aux bras égaux composés de croix en Tau, d’où son nom. » >>> d’ailleurs  on peut voir que le design du drapeau laisse un carré blanc au centre, afin de bien distinguer chacun des quatre  « Tau  » . Vu ?

…Et au cas où tu doutes toujours que ce  « T majuscule » désigne vraiment Dieu et la religion catholique, je peux te spoiler des images de la scène finale d ‘un autre film écrit et réalisé par Kurt Wimmer 4 ans plus tard,  « Ultraviolet« , dans lequel une autre super héroïne finit par faire exploser le QG d’une autre dictature-du-futur :

88b

Oui, c’est une croix chrétienne, tranquille. Voilà, maintenant c’est bien clair que chez Kurt Wimmer,  T = Tau = Tetragramme = « le Père » = DIEU.

(non parce qu’à première vue, on s’imagine regarder une dénonciation des totalitarismes, et on comprend « Le Père » comme un genre de « Big Brother » / « Petit Père des peuples » … Mais non, on parle bien de DIEU, identifié par le « Tetragrammaton ». Contrairement à ce que je lis sur le web, le film ne dénonce pas « les dangers d’un totalitarisme uniformisateur vaguement teinté de religion » … Non, le vrai propos du film est bien une attaque de l’essence même de la religion : car oui, la religion sert bien à empêcher l’homme d’être l’esclave de ses passions destructrices. Mais en caricaturant ainsi, en associant les « passions humaines » aux « sentiments humains« , on rend la chose révoltante. (évidemment, la religion n’a jamais prétendu supprimer les sentimentspuisque « Dieu est amour » – , ni prétendu supprimer les passions humaines -demandant au contraire l’effort de les maîtriser » …)

Je continue. Voyons la scène finale :

5

… nous sommes à la fin du film, et Christian Bale vient de tuer le « Père » (ou plutôt son représentant actuel, parce qu’en fait « le Père est mort » depuis longtemps , coucou Nietzsche !). Il prend donc la place de Dieu lui-même, dans sa jolie fenêtre en Tau (notez costume blanc de Bale, après costume noir du Père,  subtilité des contraires…) : allez, fais coucou à la fenêtre, l’Antéchrist !

– « Rho, l’Antéchrist, comme tu y vas » …

Ben oui, puisque « le Père » représente bien DIEU, le mec qui détrône Dieu, je m’excuse mais c’est Antéchrist. Sans compter les similarités : : 1)  l’Archange Lucifer, est l’un des archanges les plus puissants, le plus beau des anges, se révolté contre Dieu afin de prendre sa place  2)  John Preston est « l‘ecclésiaste le plus gradé du Tetragrammaton« , ET le beau gosse de service,  qui se retourne contre « le Père » et prend sa place.

La toute dernière image de fin sera d’ailleurs le visage de notre bel Antéchrist victorieux, qui nous décoche son petit sourire sardonique, ravi devant l’anarchie et la ville en flammes qui explose de partout.

1

6) Sinon on a aussi une bonne allusion lourdingue à l’Inquisition, puisque le gouvernement du Tetragrammaton condamne les femmes rebelles à être…brûlées vives, comme les sorcières du Moyen Âge. (et plutôt deux fois qu’une, puisque les deux femmes de notre Antichrist terminent en merguez…). Au cas où l’allusion ne serait pas assez, claire, le réalisateur va même se fendre d’un cérémonial où on les revêt d’une longue cape rouge à capuche avant de les envoyer rissoler dans le brasier. (rappel : le dress code de ce monde est le noir, gris ou blanc).

14 15 16

6) Le « Prozium » : c’est la drogue que doit prendre le peuple pour supprimer tout sentiment négatif comme la haine ou la colère, quitte à sacrifier aussi l’amour et la joie,  A 32’30, la voix off du régime en fait un discours élogieux, appelant le Prozium :« l’opium de notre peuple » (>>> toujours dans la subtilité, allusion à la phrase célèbre de Marx  « La religion est opium du peuple« ). Donc, lorsque le héros arrête de prendre sa dose de « religion » , il peut enfin avoir la fameuse « illumination » luciférienne : se réveillant à l’aube et déchirant le voile recouvrant la fenêtre, il découvre la lumière du soleil…

19b

Un des surnoms courant de Lucifer étant : « fils de l’Aurore », « Astre brillant » (même si l’origine des termes est discutable)
20

A ce stade, tu admettras probablement que le réalisateur n’a pas beaucoup de sympathie pour l’Eglise, mais tu n’es pas encore bien convaincu qu’il soit vraiment luciférien ? Pas de problème, j’ai encore plein d’autres détails qui tuent : par exemple, au début du film, un livre va être mis en avant à de nombreuses reprises, par l’ecclésiaste transgresseur que Christian Bale va flinguer (dans une église, hein, comme par hasard…)

3

Avant de mourir, le « transgresseur » brandit donc devant son visage un livre de poèmes de William Butler Yeats.

2

WIKIPEDIA : William Butler Yeats, poète et homme politique irlandais né en1865. (…) Il rencontra Helena Blavatsky à Londres [« la sorcière russe« ], qui publiait une revue sobrement intitulée « Lucifer »], il fut d’abord membre de sa Société Théosophique, puis Grand Maître de l’Hermetic Golden Dawn, la plus grande organisation initiatique du XIXe siècle (dont fit également partie le fameux … Aleister Crowley).

 

– S’inscrivant dans la mouvance occultiste propre au dernier tiers du XIXe siècle, « l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée » se présentait comme une école consacrée à l’étude des sciences occultes (à leur systématisation, leur organisation) et à leur enseignement ». (voir ici aussi)

– Yeats fut donc initié à cette fameuse loge en 1890, adoptant comme devise : « Le Diable est Dieu inversé » (« Demon est Deus Inversus »),  issu des écrits de la Blavatsky.   (source en anglais) (voir aussi ici) (et ici)

Yeats and his Golden Dawn Earth Pentacle

– « Une de ses influences est William Blake, dont il édite avec E. Ellis la première édition des œuvres complètes. Il s’en révèle le fils spirituel (…).

– « (…) La découverte la plus marquante de ces années est celle de Willliam Blake, dont en 1893 il édite les oeuvres complètes en collaboration avec E.Ellis, et chez qui il rencontre, notamment dans « le Mariage du Ciel et de l’Enfer« , l’intime certitude que la progression de l’être n’est possible qu’à travers les contraires. » (source)

       …Qui est donc ce William Blake que WB Yeats admirait tant ?

>>> Peintre et poète visionnaire, précurseur du luciférisme (…) L’apogée de l’influence luciférienne naissante semble être son poème intitulé Le Mariage du Ciel et de l’Enfer, abordant le thème de la réconciliation entre le Bien et le Mal bibliques, et ouvrant la voie au thème qui en découle, la Rédemption de Satan. Il écrit également le livre : « All Religions Are One » (source page wiki sur le Luciférisme)

Pour en savoir plus sur William Blake, un joli article lui est consacré sur le site officiel de l’Eglise de Satan, làààà >>

Ci-contre, deux peintures de l’Antéchrist de l’Apocalypse par W.Blake : « Le Grand Dragon Rouge et la femme aux habits de Soleil »

 

 

– « (…) Pierre Joannon balaie l’accusation de fascisme au nom de laquelle quelques détracteurs tentèrent de le discréditer WB Yeats, en raison de la sympathie momentanée qu’il eut pour le mouvement fasciste des “chemises bleues”, a qui il dédia un poème. Nourri de (…) Nietzsche et de Spengler, Yeats, certes antidémocrate et antiégalitaire, était d’abord un individualiste irréductible, tenant d’un libéralisme aristocratique. » (source)

Voilà pour ce qui concerne WB Yeats, et c’est pas fini.

Les pages intérieures que l’ont voit feuilletées ne sont pas celles de poèmes de WB Yeats… mais des poèmes de Sylvia Plath. Peu de choses à signaler sur cette poétesse et femme au foyer dépressive, hormis :1) qu’elle était mariée à Ted Hugues (poète célèbre pratiquant le chamanisme, et qui déclara : « Le christianisme supprime le diable, en fait il supprime l’imagination et la vitalité de la vie naturelle » source), 2) qu’elle écrivit un poème intitulé « Sonnet à Satan« , 3) qu’elle était une grande admiratrice de WB Yeats (dont elle s’inspira dans ses premiers poèmes) et qu’elle s’est suicidée dans la même maison où WB Yeats avait vécu auparavant. ( source)  Bon, voilà.

12

 

………………………………………………………………………………………………………………

Je complète l’exposé en revenant sur le second film nanar écrit et réalisé par Kurt Wimmer, « Ultraviolet« , (dont j’ai montré plus haut la scène finale, avec la croix catholique en train d’exploser), et qui a le mérite d’être encore plus explicite qu’Equilibrium, si ! 😀

Résumé : Une épidémie mondiale a engendré une nouvelle race d’humain avec une force et une rapidité surhumaine et des canines allongées : les hémophages (traduction littérale  « mangeurs de sang » = vampires). Le gros méchant de la dictature en place s’appelle le « Vice-Cardinal », et s’emploie à exterminer tous les hémophages.

Là encore, le parallèle « nazisme = religion » est d’une subtilité totale, avec le parallèle « hémophages = juifs » , (obligés de porter des brassards et exterminés en famille dans des camps…)

22 23

Là encore, on a des croix comme emblème de la dictature, distillées un peu partout dans les décors en permanence…

25 24

…ou sur la tisane du Cardinal…

28

Parfois la croix chrétienne est entourée de deux serpents enroulés, (je suppose qu’il s’agit d’un mix douteux « croix + caducée médical », le Cardinal détenant un groupe pharmaceutique)  :

 

Bref, ce « Vice-Cardinal » a fabriqué une mystérieuse « arme fatale » destinée à exterminer définitivement tous les hémophages. Ultraviolet, une rebelle hémophage, parvient à dérober la fameuse arme qui se révèle être …un enfant. Plus précisémment, c’est le sang de l’enfant qui contient un virus. On apprend ensuite que l’enfant serait le fils du « Vice-Cardinal » ; puis il admettra que c’est n’est pas vraiment son fils, mais son clone. Et qu’il est destiné à mourir sous quelques heures.

(Rappel de la Bible : Dieu envoie son son fils sous la forme d’en enfant (qui est à la fois le fils de Dieu ET dieu lui-même : dogme de la Trinité) , destiné à mourir et dont le sang versé doit effacer les péchés des hommes).

La suite du film, po-po-po, révélation ! On apprend que le virus porté par l’enfant n’est pas dangereux pour les hémophages… mais pour les humains ! En réalité le méchant « Vice-Cardinal » projette d’asservir les humains normaux avec ce virus, car c’est lui seul qui en détiendra l’antidote et « ceux qui voudront vivre feront la queue chaque jour devant cette porte« , le tout afin de « maintenir l’ordre dans la société » .

(Traduction : en réalité, Jésus et la religion sont des virus néfastes pour les humains :  les croyants seront asservis et obligés aller à l’Église pour espérer avoir la vie éternelle…)

Youpi ! Au final, l’héroïne tue le méchant Cardinal, l’enfant meurt comme prévu puis … ressuscite (Alléluia !) grâce à notre héroïne qui lui a communiqué son hémophagie en lui pleurant dessus. Ah, ai-je oublié de préciser que le gosse s’appelait… « SIX » ? (et son nom de famille c’est « 66« , peut-être ?). Voilà, le ressucité devient donc officiellement un « hémophage », et le QG en forme de croix catho explose, pendant que Violet se tire avec l’enfant dans son gros camion rouge, conseillant à « tous ceux qui sèment l’injustice, l’oppression et la haine » de serrer les miches. En gros.

27

– Pourquoi avoir appelée sa superhéroïne « Ultraviolet » ?

31 31b

 « Le rayonnement ultraviolet (UV) est également appelé lumière noire parce qu’il n’est pas visible à l’œil nu. »

 

>>> Article d’un site luciférien sur « Le corps de Lumière Noire »

« Selon les voies, la définition de ce « Corps de Lumière Noire » sera différente.
– Dans le Luciférisme, il s’agirait d’un outil d’auto-divinisation, un état de libération personnelle ou l’adepte devient son propre Dieu. En somme, il s’agit de la création d’un super-ego capable de défier les lois universelles ordinaires.
(coucou la superhéoïne !)
– Dans le Vampirisme Magique, l’importance sera davantage accordée à la survivance et à la perpétuation de la Lignée Vampirique. »
(coucou les hémophages!) »

 

>>>>>  Comme confirmation de cette interprétation, il suffira de préciser que dans le film, les cheveux et les fringues de l’héroïne changent de couleur n’importe quand, sans raison, passant par toutes les teintes du prisme lumineux comme par magie, ce qui est grotesque et incompréhensible pour tous les spectateurs… sauf si on envisage que pour le réalisateur elle incarne la « Lumière », tout s’explique…

… Mais une Lumière noire, donc.

 

 

>>>  La « lumière noire » permet de révéler des couleurs qu’on ne voit pas à la lumière normale, des choses cachées. Ci-dessous, un passeport canadien sous lumière noire :

Et s »il restait un doute sur le fait qu’elle incarne bien la « Lumière Noire« , on peut toujours regarder l’affiche de « Ultraviolet : code 044 » l’adaptation du film en dessin animé japonais:

Voilàààà.

 

 

 

– Remarque que son premier film est austère, majoritairement basé sur du noir et blanc. Le second, c’est l’inverse, débauche de couleurs ultrakitsch : je crois qu’il y a une cohérence à ça, difficile de dire laquelle… Un début d’explication avec la Kabbale. voir ici (le noir et blanc étant les deux couleurs premières lors de la création, le noir (= néant) étant le premier, puis la lumière blanche apparait ; les autres couleurs étant secondaires car contenues dans le blanc)

>>> Dans l’univers de Kurt Wimmer, on a bien chronologiquement, : 1) un univers noir dans le premier film, incarné par le méchant gouvernement où tout le monde est habillé en noir. 2) la lumière blanche apparait, (= Christian Bale dans son joli costume blanc) 3) Enfin dans le second film arrive la femme incarnant à elle seule toutes le couleurs du prisme lumineux.

– Autre détail douteux : sur l’image ci-dessous, il vient de finir de décimer les officiers les plus haut gradés, et de tuer « le Père » ; et comme après chaque combat, il s’en sort sans la moindre égratignure.

35

Mais au plan suivant, on le découvre avec le cou et la main dégoulinants de sang, on se demande bien pourquoi, et qui a pu parvenir à le blesser… Quelques secondes plus tard, on comprend que le sang versé n’est là que pour lui permettre de maculer la figure du Père « officiel » diffusée sur l’écran.

3736 38

Et sur Ultraviolet, idem : l’héroïne se bat tout le film sans avoir la plus petite égratignure, puis juste avant le combat final, vêtue de blanc, on la voit se lacérer lentement la main sur une lame de sabre… Lors de l’affrontement ultime, elle lancera le sang de ses mains à la figure du Vice- Cardinal avant de le vaincre.393040

Bon, ce n’est peut-être qu’une une simple coïncidence d’avoir deux héros invincibles, habillés en blanc, qui se lacèrent pour coller leur sang sur le visage du « Dieu » ennemi… mais vu le contexte, ça pourrait bien ressembler aussi à un genre de rituel satanique foireux…

………………………………………………………………………………………..

Donc pour finir, Kurt Wimmer, c’est lui : un genre de bellâtre ténébreux avec une coupe de surfeur des années 90. .

Ce qui est rigolo, c’est qu’il y a un point commun sur toutes les photos qu’on peut trouver de lui : il est toujours habillé en noir !

Puis encore un autre truc rigolo, si tu regardes bien les deux dernières photos plus récente (clic pour agrandir) : en plus d’être un adepte du vernis à ongle noir, Kurt s’est fait tatouer plein de jolis signes kabbalistiques sur les mains, c’est pas choupinet, ça ?

10

Voilà. Juste pour dire que si on te vend généralement les satanistes comme de pauvres ados asociaux fans de Marilyn Manson, il yen a aussi d’autres à qui on confie 30 millions de dollars pour envoyer du blockbuster moisi avec Milla Jovovitch et Christian Bale. Et il n’est pas le seul. Et les autres n’ont pas tous la bêtise d’être aussi bourrin que lui…

Bonus rigolade : (pour se faire une idée du bordel et de la confusion qui règne dans la tête d’un certaines personnes, je conseille d’aller lire cette biographie de l’archange Lucifer)

Publicités