Onfray…

Ci-dessous, un extrait de son « Traité d’athéologie », dans lequel Onfray parle des deux sortes d’anges.

On notera d’abord le mépris qui dégouline dans le premier paragraphe lorsqu’il décrit les bons anges, cette « volaille béate qui ne défèque pas »

Dans le second paragraphe, on s’attend en toute logique à ce qu’il tourne en dérision l’imagerie classique des démons, ce bétail aux pieds fourchus sentant le crottin, mais non. …Non, là il se livre à un éloge émouvant du Diable et de son esprit de liberté qui nous a délivré du paradis et de la servitude, évoquant la « passion incandescente » des athées pour les anges déchus.

Voilà. Je pose ça là, comme un éclairage sur l’ensemble de son œuvre.

Le fondement du New Age…

Extrait de l’ouvrage de René Guénon « La Théosophie » :
 .
 « [Les théories de la Théosophie] se présentent, faussement d’ailleurs, comme ayant une origine orientale, et, si l’on a jugé bon d’y joindre depuis un certain temps un pseudo-christianisme d’une nature très particulière, il n’en est pas moins vrai que leur tendance primitive était, au contraire, franchement antichrétienne.

« Notre but, disait alors Mme Blavatsky, n’est pas de restaurer l’Hindouïsme, mais de balayer le Christianisme de la surface de la terre »

Les choses ont-elles changé, depuis lors, autant que les apparences pourraient le faire croire ?
Il est tout au moins permis de se méfier, en voyant que la grande propagandiste du nouveau « Christianisme ésotérique » est Mme Besant, la même qui s’écriait jadis qu’il fallait « avant tout combattre Rome et ses prêtres, lutter partout contre le Christianisme et chasser Dieu des Cieux »
Sans doute, il est possible que la doctrine de la Société Théosophique et les opinions de sa présidente actuelle aient «évolué », mais il est possible aussi que leur néo-christianisme ne soit qu’un masque, car, lorsqu’on a affaire à de semblables milieux, il faut s’attendre à tout ; nous pensons que notre exposé montrera suffisamment combien on aurait tort de s’en rapporter à la bonne foi des gens qui dirigent ou inspirent des mouvements comme celui dont il s’agit. »
.
NB : l’auteur de ce texte n’a rien d’un fervent catholique : René Guenon est un célèbre « érudit franc-maçon et ésotériste », qui eut si peu de de considération pour la religion catholique qu’il se convertira à l’Islam sous le nom d’Abd al-Wâhid Yahyâ…)

Serge Lama

Wow, je ne connaissais pas cette chanson de Serge Lama, remonté à fond contre l’église moderniste et l’abandon de la messe en latin ! C’était en 1986, une autre époque…

« Je crois en Dieu Hélas plus du tout en ses prêtres
Il s’est glissé chez eux des Judas et des traîtres
Un vent d’Est a soufflé, glacial, qui dénature
Leurs sermons inspirés par la nomenclature
Et s’ils lèvent encore leurs mains jointes au ciel
« Le Capital » de Marx est leur nouveau missel !

(…) Vos prêcheurs d’aujourd’hui
Font fin de race (…)

 L’Evangile est soumis
A ceux d’en face
Votre fils est recrucifié. »